Archives de catégorie : "Industriel"

Partons dans une légende de l’exploration pour ce nouveau voyage dans l’oubli. Très populaire dans le milieu de la friche, le chai à vin de Rouen est un lieu exceptionnel. Fermé en 1981 puis laissé à l’abandon depuis 1993, ce cube de béton et de briques rouges trônent sur le port de Rouen. Construit en 1950 par l’architecte Pierre Maurice Lefebvre, le plus grand chai d’Europe servait de lieu de stockage et d’expédition d’immenses quantités de vin en provenance d’Algérie, et à destination de Paris. Longtemps ouvert, il fut pillé de ses très nombreuses canalisations de cuivre et tomba dans l’oubli peu à peu. Souvent squatté et dégradé, celui-ci fut muré par la ville pour bloquer l’accès. Réputé pour être inaccessible sauf en escaladant une hauteur assez conséquente, ce lieu a longtemps été un rêve. C’est un des endroits qui m’a donné envie d’explorer et il m’aura fallu plus d’un an d’exploration pour…

Lire la suite

Laissée sans vie depuis une petite décennie, l’Usine des Gangsters ne paye pas de mine de l’extérieur. Accolée à une église en reconstruction, cachée derrière d’immenses buissons, on distingue de la route que son ancienne cheminée et quelques fenêtres en hauteur brisées. En levant les yeux au ciel, on s’aperçoit tout de suite que le bâtiment principal a pris feu et que la toiture est endommagée laissant passer les ravages du temps. Il est temps de se rapprocher et d’essayer d’accéder au bâtiment. Après quelques inspections, on trouve une faille pour explorer le lieu. La végétation a clairement repris sa place, les arbres et ronces entrant par les fenêtres du rez-de-chaussée. Dehors, c’est l’été et la chaleur est étouffante, la sueur coule le long de mon visage. Nous sommes relativement couvert pour éviter les blessures ou les infections. L’odeur est insupportable mélangeant des vapeurs d’huile et d’essence aux restes de l’incendie. Puis…

Lire la suite

C’est reparti pour une nouvelle découverte. Aujourd’hui, je vous emmène dans l’Usine de Chico. Ancienne sucrerie, ayant traversée les deux grandes guerres mondiales, elle se retrouve depuis quelques années laissée à l’usure du temps. J’ai été assez surpris par le matériel laissé à l’intérieur et l’état de conservation. Malgré les années d’abandon, cet endroit n’a pas connu beaucoup de dégradations humaines. Certes, des choses ont disparu et ont été retirés mais il reste les nombreuses armoires électriques, des machines, et la structure des bâtiments est assez sympa. Le site est divisée en 2 parties distinctes, une qui a été vidée plus tôt que l’autre. Dans celle ci, la structure est colorée et on sent une envie de l’ancienne direction d’égailler le quotidien des salariés. J’aime beaucoup visiter les anciens sites industriels, s’imaginer l’entreprise en activité à l’époque, avec les ouvriers, essayer de deviner les bruits, la chaleur ressentie, les conditions…

Lire la suite

3/3