Cimetière des Deuchs

Il n’est pas toujours nécessaire de pousser des portes pour se retrouver face à des traces du passé.

Accrochées depuis des années à leur champ, ces vieilles deudeuches coulent une retraite paisible sous le soleil.

Plus qu’une voiture, la 2CV fait partie du patrimoine français et est considérée pour certains comme un mode de vie. Faut-il encore la présenter? Véritable mythe et produite pendant pratiquement un demi siècle, la simplicité de sa plate-forme, son prix abordable et son moteur increvable ont fait de la Deuch, la voiture populaire.

Perdu en pleine campagne, sous un soleil de plomb, c’est après quelques minutes de marche que je commence à apercevoir le toit de quelques 2CV. Au fur et à mesure de mon avancement, la végétation devient de plus en plus dense et il est compliqué d’atteindre le site tant convoité. J’avance à petit pas, habillé d’un pantalon et d’un long sweat malgré les 35 degrés ambiants, pour me protéger des immenses ronces et orties rognant mon chemin.

Après un rapide repérage, je commence à dégainer mon boitier pour immortaliser ces chevronnées tombées dans l’oubli. La mission s’avère plus compliquée que prévue. Le terrain est rempli de ruches cachées par l’imposante végétation. En plus des abeilles, l’endroit est squatté par de charmantes vipères. Pas toujours simple de shooter dans ces conditions.

Finalement je me rend compte que mon véritable ennemi du jour sera le soleil. Sous ce cagnard, avec cette forte luminosité, photographier des épaves rouillées n’est pas si facile qu’on pourrait le penser. En effet, un grand et beau soleil apporte un contraste important, des ombres dures et des hautes lumières surexposées aux photographies. Je sais ce que vous pensez, toujours en train de se plaindre les photographes 🙂

Allez, je vous laisse donc découvrir le cimetière des Deuchs à travers cette série de clichés.