Chai à vin

Partons dans une légende de l’exploration pour ce nouveau voyage dans l’oubli. Très populaire dans le milieu de la friche, le chai à vin de Rouen est un lieu exceptionnel.

Fermé en 1981 puis laissé à l’abandon depuis 1993, ce cube de béton et de briques rouges trônent sur le port de Rouen. Construit en 1950 par l’architecte Pierre Maurice Lefebvre, le plus grand chai d’Europe servait de lieu de stockage et d’expédition d’immenses quantités de vin en provenance d’Algérie, et à destination de Paris. Longtemps ouvert, il fut pillé de ses très nombreuses canalisations de cuivre et tomba dans l’oubli peu à peu. Souvent squatté et dégradé, celui-ci fut muré par la ville pour bloquer l’accès.

Réputé pour être inaccessible sauf en escaladant une hauteur assez conséquente, ce lieu a longtemps été un rêve. C’est un des endroits qui m’a donné envie d’explorer et il m’aura fallu plus d’un an d’exploration pour atteindre ce graal.

C’est lors d’une matinée d’été que nous décidons de rentrer dans le bâtiment. Munis d’une grande échelle pliable de 4 mètres de haut, nous savons que celle-ci ne va pas être suffisante. Heureusement, les services de la ville ont laissé un plot en béton d’un mètre pour nous permettre d’atteindre l’accès du lieu.

La structure du bâtiment est stupéfiante, lorsque nous pénétrons dans l’enceinte de celui-ci, il est impressionnant de voir ces étages, en forme de croix avec une partie centrale arrondie. On dirait une araignée de béton.

Il est temps pour nous de se séparer et de réaliser nos clichés bercés par les bruits du port et de la ville. La lumière est présente, avec un beau soleil normand pénétrant les fenêtres et illuminant les murs rouges emblématiques du chai.