Villa Jésus : plongée dans le kitch des années 70.

Villa Jésus : plongée dans le kitch des années 70.

Ça y est ! Je vous invite (enfin!) à partir pour une nouvelle exploration à mes côtés. Je vous propose de traverser la frontière belge et de vous infiltrer dans la Villa Jésus, une visite urbex ou le temps s’est figé depuis des décennies.

Située en pleine ville, entourée de nombreuses habitations, cette maison en briques rouges ne semble pas abandonnée au premier coup d’œil. Seule la végétation grimpante sur le pignon attire mon attention. Dans la rue, il y a énormément de passages. Les voisins profitent de leurs jardins et des premiers rayons de soleil du mois d’avril. Pas le temps de tergiverser, il faut vite entrer pour ne plus être vu. L’accès est clairement un coup de poker. Loin d’être compliqué mais loin d’être discret. En effet, les voisins ont leur terrasse qui donne sur la porte de la véranda ouverte de la Villa Jésus. Soit nous passons avec tact sans se faire repérer, soit nous risquons d’être intercepté par le voisin.

Une heure auparavant, nous avions déjà connu cette situation dans une autre maison et le voisin nous avait repéré dans le jardin. En réalité, nous avions du faire demi tour tout en tentant de le calmer. Il était furieux mais heureusement, il n’avait pas appelé les autorités et nous avions pu continuer notre trip.

Ce coup-ci, bingo !

Nous arrivons à entrer sans se faire intercepter. La véranda passée, je me sépare de ma binôme photographe et part à la découverte de cette bâtisse. Je me retrouve dans une salle à manger ornée de tapisserie vintage et face à une photographie d’un homme en noir et blanc. Est ce l’ancien propriétaire des lieux? Est ce de la famille? Des questions qui resteront malheureusement pour le moment sans réponse. En effet, je n’ai pas eu beaucoup d’informations quant aux propriétaires des lieux ou sur la cause de l’abandon de cette maison. Sur les fenêtres de la façade et de la véranda, des autocollants de la police belge accompagnés d’une feuille A4 montrent que cette villa semble avoir été saisie par les autorités. J’ai souvent remarqué ce genre d’affiches lors de mes explorations de lieux oubliés en Belgique. Cela doit être propre à la législation belge.

Je continue ma visite en découvrant l’étage et les trois chambres. Au dessus de chaque lit trône un cadre représentant Jésus. Aucun doute, je donnerais le nom de Villa Jésus à cette exploration. L’ambiance y est spéciale. J’ai vraiment le sentiment qu’une famille vivait ici encore ce matin. Ils semblent être partis précipitamment ou alors vont-ils revenir d’une minute à l’autre? Beaucoup d’objets sont encore présents. Les armoires sont pleines de vêtements, les lits juste défaits, les photographies encore sur les tables de chevet.

« Le bling bling, on l’a fait avant les autres, on appelait ça le kitch » – Christian LACROIX

Effectivement, plus je m’imprègne du lieu et plus j’ai l’impression d’être dans une capsule temporelle. En particulier, j’admire ces tapisseries et ces objets très seventies apportant un côté kitch à cette villa. Cette exploration me plonge dans la nostalgie. Des souvenirs d’enfance reviennent et me font penser à certaines chambres de ma grand mère. Ce mobilier robuste et laqué, les pots de chambre, les vieux tournes disques et ces couvertures en laine orangées et rosées ne me sont pas inconnus. Il me reste à sortir mon matériel photographique pour immortaliser cette bulle du passé et à vous partager mes photos de la Villa Jésus.

Je vous donne rendez-vous prochainement pour une nouvelle exploration de ces lieux oubliés. En attendant, je vous invite à me rejoindre sur les réseaux sociaux pour découvrir les derniers clichés et nouveautés.

9 commentaires

Bravo Florent. Belles photos et bon texte. Comme toi je m’étonne de l’état d’abandon de ce lieu. Que s’est il passé? Merci pour ton partage. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *