Collège Catholique

Tombé dans l’oubli depuis plusieurs décennies, le Collège Catholique surplombe un petit village en pleine campagne. Renfermant une merveilleuse chapelle, le bâtiment plus hermétique subi les dégradations du temps.

Fondé à la fin du XIXème siècle, ce collège religieux dirigé par des prêtres a formé durant un siècle des élèves brillants dont certains sont devenus de véritables personnalités. En 1955, l’évêché ne trouvant plus de prêtres professeurs, c’est un laïc, qui pris la direction de l’établissement. Jusqu’en 1969, ce directeur va accueillir la génération sixties sur des bases très traditionnelles. Il souhaitait donner une éducation religieuse très spontanée à ses élèves et leurs inculquer les notions de liberté et de respect. Après avoir trouvé quelques témoignages d’anciens élèves, l’un d’entre eux relatent : « Il nous poussait dans nos retranchements en nous demandant de douter de nous, de lui, des autres, de ne pas accepter une seule vérité, d’analyser, de critiquer. »

Les élèves venaient de toute la France et principalement de la région parisienne. Issus de milieux aisés, ils étaient parfois en rupture avec le système scolaire et tentaient de se réconcilier avec les études. Le prix de la pension était élevé (75 000 francs en 1956 pour un trimestre, soit le prix d’une quatre chevaux pour la pension annuelle).

Depuis la fermeture du collège, le village meurt à petit feu. L’épicerie et le bar de la commune ont mis également la clé sous la porte, et lorsque l’on parcourt le petit bourg, nous avons l’impression que le temps est resté bloqué.

Un réel plaisir (même si la visite ne fut pas de tout repos) que de visiter un lieu aussi joli et aussi riche en histoire.